etiquette exposition coffee art project

 

Ola tout le monde!

 

Aujourd'hui je reviens avec une note express pour vous parler d'un chouette projet auquel je participe, parmi une floppée d'artistes. Il s'agit du "coffee art project" qui m'a sollicitée via mon compte twitter pour participer au concept : proposer une oeuvre sur le thème du café avec une démarche décrivant le lien avec le sujet, pour une exposition à Paris. Il s'agit d'une exposition tremplin d'artistes et à but humanitaire car  50% des ventes seront reversées à l'association Water Fall qui intervient en Afrique, notamment en Tanzanie, pour soutenir les populations isolées à obtenir de l'eau potable. Mais c'est aussi un concours pour artistes , avec un lot de 1000€ à la clef pour le 1er prix, 200€ pour le 2ème et 3 ème, et les 30 meilleures toiles sélectionnées par le jury seront exposées au "coffee art project" de Londres.

Car oui, le project est d'envergure internationale et se réalise aussi à Londres, Milan, Amsterdam, New york et Melbourne ! 

Les critères des juges seront : la créativité, l'impact artistique, la pertinence du sujet et la sensibilité humaniste.

De Moka a Sidama-reduit

 

(ci-dessus : "de Moka à sidama" , linogravure encollée sur toile marouflée de papiers anciens, acrylique,café,feuille d'or, tissus wax. octobre 2014- 60x60 cm)

 

 

Séduite par le concept que je trouvais humain et original, j'étais ravie à l'idée que mon travail puisse être utile et soutenir une cause, même si je ne devais en retirer au mieux que 25% du prix de vente (50% pour l'asso water fall et 25% pour l'organisation de coffee art project) 

D'autant plus que j'aime peindre avec du café, donc le thème me parlait!

L'exposition a lieu cette semaine à partir d'aujourd'hui Lundi 17 novembre jusqu'au vendredi 22 novembre à L'espace des arts sans frontières.44, rue Bourret  75019 PARIS (Métro Jaurès, lignes 2, 5 et 7 bis)

SAVE THE DATE! Il y aura une soirée de clôture (sur invitation) le 21 novembre de 18h30 à 21h30 où les gagnants seront annoncés. 

 

de Moka à Sidama- extrait v2-r+c

 

Si certains aiment un peu a lecture, je poursuivrai cette note avec le descriptif qui accompagne mon oeuvre pour ce projet, développant le concept de mon oeuvre.

Je précise que cette composition se base sur une création, un portrait fantasmé, imaginé, par le rêve et non basé sur un témoignage-reportage, donc les attributs sont l'oeuvre d'interprétation ou de créations. Le collier est par exemple composé d'après un collier de Kumbhaka (avec son accord).

 

"Dans cette œuvre picturale, j’ai choisi de représenter le lien entre le café et son terroir, son origine, son peuple. L’Éthiopie et le Yémen sont les plus anciens cultivateurs de café, voilà pourquoi j’ai souhaité leur faire honneur dans le titre de l’œuvre : « Moka », outre le fait d’être une appellation reconnue du café, était le port yéménite duquel rayonnait le commerce du café et « Sidama » est le nom d’une ethnie locale du sud de l’Éthiopie qui produisait le café (d’où une autre appellation du café « sidamo »).

L’œuvre représente une femme africaine, éthiopienne, potentiellement imaginée de cette ethnie des Sidama, portant sur sa peau la couleur du café, ici peint avec du café soluble telle une encre. J’ai composé l’harmonie du tableau autour des tons noir & blanc pour symboliser « l’histoire,l’origine, le passé » et faire écho au café que l’on surnomme « le petit noir », tout en donnant une teinte sépia qui rappelle la couleur du café lui même. 

visage- détail de Moka à Sidama-r+c

 

 

Les zones peintes avec le café représentent à la fois sa « couleur » semblable à certaines peaux cuivrées, mais aussi sa « matière » fluide par les projections de gouttes qui nous évoquent son rôle de boisson. La feuille d’or tant qu’à elle, outre le fait d’apporter de la lumière à la toile, est un clin d’œil à un autre surnom du café : « l’or noir ». Dans les collages de papiers anciens sur la toile, on pourra observer quelques papiers arabes, que j’ai moi même chinés et ramenés du Yémen. Ainsi le lien est fait : de Moka à sidama, du Yémen à l’Éthiopie, le café nous enivre.

Un voyage par son peuple à qui je souhaitais faire honneur. Cette œuvre est un hommage aux origines, au peuple du café."