etiquette wax seydou keita grand palais

Hello hello! Mbote!

Aujourd'hui j'ai grand plaisir de vous retrouver, avec un nouveau style de note : un compte rendu d'exposition d'art! Alors certes, celle-ci est terminée,il n'est plus possible de la voir, mais pour tous ceux qui n'ont pu y aller, qui l'ont râtée ou ne connaissent pas Seydou Keita, voilà un petit compte rendu en images de l'exposition du Photographe Seydou Keita, qui avait lieu au Grand Palais à Paris du 31 mars au 11 juillet 2016.

 

Commençons par le début : QUI EST SEYDOU KEITA ?

  • C'est un photographe portraitiste Malien (à l'époque Soudan français)né en 1921 à Bamako et mort en 2001 à Paris. 
  • Son oncle lui offre en avant-guerre, un appareil photo Kodak Brownie, qui déclenche sa vocation.
  • Au départ Menuisier, il se lance dans la photographie en parralèle, et gagnant bien sa vie avec les portraits, il ouvre son propre studio en 1948, qui devient alors le studio photo le plus célèbre de Bamako.
  • Dans les années 50/60, la photographie de studio devient un phénomène très populaire dont Seydou Keita est devenu la référence. 
  • En 1962 il devient le photographe officiel du gouvernement, lorsque le Soudan français devient la République du Mali, et ferme un an après son studio, ne pouvant concilier les deux, qui sera finalement reprit par son frère puis son fils Mamadou Keita, jusque dans les années 80.
  • Sa première exposition personelle fût à la Fondation Cartier en 1994 lors du "Mois de la photo", le faisant entrer dans la scène de l'Art.
  • Seydou Keita a réussi à vivre confortablement de la photographie et a eu 6 épouses et 21 enfants!

                autoportrait Seydou Keita

                  LE CONTEXTE DE L'ÉPOQUE

  • Il faut savoir que la photographie est arrivée  tout d'abord sur le continent africain via les militaires, scientifiques, religieux comme moyen documentaire à prime abord, seulement quelques mois après son invention en 1839 par Louis Daguerre. 
  • L'Afrique, d'un esprit très communautaire et large, collectif, va s'ouvrir à l'individualisation introduite par les colonisateurs européens (via les dates de naissances/anniversaire, portrait photo, identité...). La photographie, symbolise alors une affirmation de soi et de sa classe sociale, ce qui est tout nouveau à cette époque. 
  • Suite à la colonisation, lors de la seconde guerre mondiale, certains sont envoyés en Europe par la base militaire en renfort, ce qui sera pour certains l'occasion de se former à la photographie, d'acheter leur propre matériel ou perfectionner leur technique. Certains sont également formés sur place par quelques photographes occidentaux en mission en Afrique.
  • La grande partie des portraits réalisés par Seydou Keita sont dans les années 50/60 et témoigne à la fois la mode vestimentaire africaine de l'époque et les influences occidentales, notament américaines des sixties.

                         entrée expo seydou keita grand palais

 

 

 

               L'EXPOSITION AU GRAND PALAIS

  • IMPRESSION PREMIERE : Tout d'abord c'est un grand plaisir de voir une exposition qui mette à l'honneur un artiste africain à part entière, dans un si beau lieu et avec une scenographie et des textes mettant à l'honneur son travail. Car l'Afrique, du côté Art, n'abrite pas que l'art tribal et sculptures, mais aussi des artistes contemporains (souvent oubliés), et il est bon de voir son autre facette artistique mise en avant.
  • LA BOUTIQUE : Avant d'entrer dans l'exposition, on traverse la boutique, qui est également le point de sortie, où l'on trouve de l'artisanat africain, des livres,cartes, mais aussi des reproductions photo sur t-shirt absolument hors de prix réalisés par Agnès B qui est propriétaire de certains clichés de Seydou Keita. 
  • On peut également faire des clichés dans un photomaton (à l'ancienne avec 4 poses différentes) à la mode de Seydou keita : en N&B  avec en fond un tissus à motif wax, ce qui est plutôt fun et ludique. Malheureusement, elle était en panne/réparation lors de notre sortie de l'exposition et la boutique ne pouvait nous faire de la  monnaie ou impossible de retirer sur place (seul point négatif de l'exposition). Un système d'achat de jeton avec l'entrée aurait été plus pratique...
  • SCéNOGRAPHIE: La scénographie est travaillée et superbe.Le parcours se fait chronologiquement de 1949 à 1962. Un grand motif de wax coloré habille l'arche d'entrée de chaque côté et certains murs sont peints en rose pâle ou parme, ce qui met élégamment en valeur les photographies noir & blanc. Les textes de présentation de l'artiste sont en français et en anglais, pour le plaisir de tous, et si les portraits pour la plupart anonymes,restent un mystère, il y a toutefois quelques textes (FR/EN) pour nous raconter le contexte de l'époque ou de la prise de vue de la photo. L'exposition n'est pas trop longue et s'apprécie. De très grands formats de portraits n&b encadrés et datés/signés par l'artiste (retirages modernes entre 1993 et 2001) ornent les premières salles, et ensuite, vient les petits originaux (tirages d'époque), sous marie-louise, dans une ambiance plus feutrée, et protégés sous vitrines, avec à la fin, une projection video sous-titrée en anglais.

 

Sans plus tarder, voici quelques clichés de l'exposition. Je me suis permise de nommer quelques portraits pour les situer, car la plupart sont anonymes. N'hésitez pas à me dire en commentaire quel est votre favori! ;)

 

billaly le geant seydou keita

Billaly  (ci-dessus) est un des rares client de Seydou Keita identifié. Notable connu dans tout Bamako, que l'on surnommait "Le géant" de par sa taille imposante, Billaly pose avec sa petite fille sur les genoux, coiffé d'une chéchia en feutre, dans la tradition musulmane et d'un grand boubou complet en Bazin, un tissus très prisé au Mali. Seydou Keita avait la particularité de ne faire qu'une seule prise pour ses portraits, mais ce jour là, il fit plus de quatre poses, d'abord seul, puis avec l'enfant. Ce cliché est daté de 1949/51.

 

femme à la theiere- seydou keita

 

             Un style graphique et poétique

Dans les photographies de Seydou Keita, on peut noter tout l'art du portrait, pour mettre en valeur son sujet. Ce qui m'a frappée, c'est l'impression quasiment de voir des tableaux, des peintures de par la composition et la poésie graphique qui s'en dégage. Le noir et blanc apporte cette touche poétique et gracieuse à la photo et le choix de supperposition de tissus à motifs ainsi qu'un cadre noir irrégulier autour de la photo apporte un graphisme particulier à Seydou, qui fait tout le caractère de ses photographies. Notons aussi la position des mains  qui est également une de ses caractéristique de style, à laquelle il apporte beaucoup d'attention, comme pour le sujet de ces deux co-épouses ci-dessous. Selon les tissus utilisés, on peut dater les clichés fait par Seydou. Il travaillait essentiellement ses photos à la lumière naturelle et les développait lui même. 

Autre point à noter, qui fait le caractère des photos de Seydou Keita : les poses de profil trois-quart pour magnifier les sujets, ce qui marque une rupture ethnographique avec les photos d'indigenes prises de face par les colonialistes.

co epouses seydou keita

  "Le regard vraiment important, l'emplacement des mains...J'étais capable d'embellir quelqu'un. À la fin, la photo était très belle. C'est à cause de ça que je dis que c'est de l'Art" 

SEYDOU KEITA

La reconnaissance de l'Art de Seydou Keita était telle à l'époque, que l'on disait que "celui qui n'a pas fait de photo avec Seydou Keita, n'avait pas fait de photo". Se faire photographier était un évènement important dont il fallait offrir son meilleur profil et plus belle image. Peu habitués à se faire tirer le portrait, certains sont intimidés par l'objectif et prennent un air sérieux, mais Seydou y note une certaine intimiditation devant l'appareil car "c'était nouveau".

mama elegante-seydou keita

 Tout le long de l'exposition, c'est un régal pour les yeux. J'observe avec attention les détails des mains, les motifs. Lorsque je lis l'attention que Seydou Keita apporte à la position de mains, cela me confirme ma dernière motivation artistique (réalisée sur ma dernière peinture) : placer avec grâce les mains pour apporter du caractère, du mouvement,de la grâce. Définitivement, cela confirme ma démarche et me donne terriblement envie de jouer encore plus avec les motifs et les mains. 

 

femme au boubou-seydou Keita

Cette photographie ci-dessus de femme allongée en boubou, me fait penser à une estampe de Valotton "la paresse" qui avait aussi le don du contraste et de la superposition de motifs graphiques, mais en gravure sur bois.

couple au boubou-seydou keita

jeune couple seydou keita

 Il est drôle parfois, d'observer les expressions, d'imaginer ce que pouvait ressentir, penser l'individu photographié, comme cette jeune femme à l'air contrarié ci-dessus, à côté de son compagnon.

jeune fille-photo originale seydou keita

 

Les photographies originales, tirées en petit format (13x18 ou 9x12) ont également leur charme de par leur vieillissement, cornures, jaunissures, et racontent ainsi leur histoire. Certaines ont même été coloriées à la main par son encadreur de l'époque pour mettre en valeur les détails des bijoux ou des ongles vernis, à la demande des clientes soucieuses de ces détails de coquetteries que n'offre pas le N&B. Un détail qui peut faire sourire aujourd'hui!

seydou keita- photos originales

femmes-jeune fille-et photographe

 

Il est parfois drôle également, d'y observer d'autres détails cachés, comme Seydou Keita qui se cache dans cette photographie ci-dessus! Le voyez vous ?

Oui oui, c'est bien lui dans le reflet de la voiture, on peut y apercevoir la chambre et trépied de son objectif (hé oui, les appareils avaient un tout autre look à l'époque!) 

La voiture est d'ailleurs la sienne, un beau modèle américain tout neuf. Seydou était un des rare à Bamako a pouvoir s'offrir une voiture neuve, ce qui était très couteux, et ceci grâce à son studio photo! 

maman et bébé- seydou keita

portraits-seydou keita

 

 

homme a la fleur- seydou keita

 

À la fin de l'exposition, je n'ai pu retenir mon envie de faire un petit croquis rapide à l'encre de chine. Pour l'occasion, j'avais emmené un ancien agenda de My Little box, transformé en carnet de croquis (que j'ai customisé et habillé de wax!). Certaines pages sont décorées de motifs, cela me semblait idéal pour honorer Seydou et faire un clin d'oeil à l'exposition.

Ses photographies argentiques, m'ont donné envie de ressortir mon Diana F+, mon petit appareil lomographique rose reçu pour mes 30 ans et de faire des photos  noir et blanc. On peut le dire, Seydou Keita est vraiment un artiste inspirant! 

r+c-croquis seydou keita expo grand palais

 

 PETITE ANECDOTE LORS DE MA SEANCE CROQUIS PENDANT L'EXPO

Lors de la réalisation de ce croquis, je reste figée et concentrée sur la photo que j'observe. Mais lorsque je dessine, si l'oeil et la main restent ultra concentrés, je dois avouer que l'oreille se laisse distraire par les commentaires autour. Alors que je croque cette femme à la théière, à côté d'un grand portrait d'un homme en tenue militaire arborant fièrement plusieurs médailles sur la poitrine (je regrette de ne pas avoir de cliché de celui-ci), une maman s'exclame auprès de son enfant, avec un ton doux et se voulant instructif : "Tu vois, les gens ils avaient le droit de se déguiser parfois. Là par exemple, il porte une tenue de général, mais s'il faut, c'était même pas un général..."

Autant vous dire, que malgré ma position stoïque, mon esprit était totalement agacé et choqué à l'intérieur. Je ne suis pas intervenue, car de toute façon la maman était bien trop occupée à courir après son enfant qui visiblement, se sentait très peu concerné par l'exposition vu son bas-âge; mais j'aurai aimé, après recul, lui dire. Non les personnes n'étaient pas "déguisées". Ce sont leurs vêtements. Les seules choses qui ne leur appartenaient pas étaient certains accéssoires à la mode en occident importés par Seydou Keita et mis à disposition (radio américaine, vespa, voiture américaine, stylos, montres, chapeaux...) et les tissus de décoration.

Cette femme a sûrement cru dire quelque chose d'intérressant à son enfant, mais son imprecision porte à confusion, car ces photos sont l'expression de gens authentiques dans une certaine époque, qui venaient simplement se faire tirer le portrait dans leur plus beaux apparâts qu'ils soient traditionnels africain ou d'influence occidentale, pour suivre la mode de l'époque et accéssoirisés au besoin par le photographe. Si certes les postures sont parfois mises en scène par le photographe pour la beauté de l'Art, ils n'en restent pas moins authentiques par leur tenue.

Et puis, au delà de ça, quel message transmet elle inconsciement à son enfant? Que peut-il comprendre et déduire? Que les gens en boubou sont déguisés ? Qu'un homme noir ne peut sûrement pas être général ? Ce n'est pas ce qu'elle a dit textuellement, mais c'est ce que peut penser indirectement un enfant par ces sous-entendu lorsqu'on lui dit que cet homme noir n'est peut-être pas général malgré sa tenue, que les gens en photo dans l'exposition ( qui pour la plupart sont en boubou) sont parfois déguisés.J'ai trouvé cette suggestion et imprécision hasardeuse et dangereuse.

Certains diront que je vais loin, mais je pense que les paroles ont une portée au delà des mots, et l'imagination et compréhension des enfants peu vite dérouter. Au fond, cela m'a rendu triste de savoir que des personnes pouvaient visiter une exposition d'un artiste africain tout en ayant ces pensées réductrices et une méconnaissance inconsciente de la culture africaine ou de l'exposition qu'ils regardent. Parfois, quand on ne sait pas, il ne vaut mieux rien dire, ou du moins, ne pas supposer ou inventer des choses...

Vu que je dessine, je reste statique, et en exposition, j'en entends souvent des vertes et pas mûres de la part de gens n'y connaissant rien, mais voulant dire quelque chose d'interressant auprès d'un proche plus ignorant qu'eux (mais plus humble). Cela est parfois drôle, parfois pas, parfois vantard, parfois juste ignorant. Cela vous arrive aussi d'entendre des âneries de drôles de pensées en exposition ? (N'hésitez pas à les partager en commentaire!) ;)

 

 

r+c- seydou keita mag conaissance des arts- femmes vespa et hommes costumes

Pour finir sur une meilleure note, je partage avec vous quelques clichés  pris du magazine "Connaissance des arts" afin de compléter ceux pris lors de l'exposition. Le magazine a fait un hors série-portfolio de l'artiste, à l'occasion de l'exposition au grand Palais, qui m'a d'ailleurs servi de référence pour certains détails de cet article et m'a fait d'ailleurs connaître par hasard cette exposition, juste avant qu'elle ne se termine.

r+c-magazine connaissance des arts seydou keita-petit garçon beret et femme reveuse

 

                   MES IMPRESSIONS FINALES:

Une exposition réussie, originale, tant par son sujet que par sa scénographie, son contenu. J'y ai découvert un artiste inspirant, qui je pense m'a définivement marquée par son sens graphique et de la composition. Je trouve que l'idée du photomaton dans le style de Seydou Keita est une bonne idée, ludique et fun qui compose un bon souvenir. À défaut d'avoir pu le faire, nous avons fait des selfis nous mêmes! :)

En bref, cela m'a donné des envies: de reprendre la photo argentique (lomographique), d'explorer encore plus le jeu de mains et de motifs dans mes peintures, pourquoi pas faire plus de noir et blanc en peinture/gravure, et cela me donne également envie de me pencher un peu plus vers les expositions que propose le Grand Palais.

r+c-seydou keita-mag conaissance des arts